• Le TGP

    Le TGP

    • Album : Trombinoscope
      <b>Trombinoscope</b> <br />
  • Catégories

  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Enfin des news…

Posté par runningspirit le 18 juin 2013

Enfin des news sur le blog d’Ultr’Amical 86.

De nombreuses courses à travers la France ont vu les poitevins mouillés le maillot :

Marathon Poitiers Futuroscope

87ème Alain SIMON 03:09:25
95ème Guillaume Laroche 03h11’38″
206ème Benoit COUTINEAU 03:29:52

 

Marathon de Caen

Denis Kerignard 3h32 en prépa Grand Raid du Morbihan

Nicolas Gallois 3h38

 

100 km de Chavagnes

20° Alain Simon 9h06’21 »

 

Montan Aspe

50km 3340m D+

40° 07:42:26 84 MAREE Christophe
109° 11:06:12 113 SIRON Marie
110° 11:06:14 82 MAGIS Romuald

29km 2060 D+

174 06:58:38 2176 TAREGUI Mehrad
175 06:58:39 2002 ALBERTY Gilles

L’Occitane

20° Gilles CHIRON V1 H 7 20:38:57
60° Vincent HULIN V1 H 27 25:01:07
60° Christian BAIGUE V3 H 1er 25:01:07
100° Pascal DUCHESNE V2 H 15 28:07:52
RESULTATS : Grand Raid Occitan
45° Henri RICHARD V3 H 1 34:35:58

Stage Massif central

Michel Eugène, Thierry Pintureau et Frédéric Beau sont parti en stage au Mont d’Or pour préparé leur PTL de fin aout. Dans leur sillage ont participé Benoit Coutineau, Pierre Henri François, Nathalie Bobiet et Stéphane Bourot

 

 

Bien évidemment ils manquent beaucoup de résultats, n’hésitez pas à me les faire parvenir…

N’oubliez pas d’utiliser le forum pour passer vos annonces de course et vos demandes de co-voiturage.

Déjà des demandes pour les hospitaliers !

 

 

 Des récits :

 

24 heures de Brives :

La circadie au pays de l’ovalie

Enfin des news... liste_grande_332_1

A Brive la Gaillarde, le ballon ovale fut roi ce week-end, avec la remonté du XV briviste dans le Top 14 à l’issue d’une belle finale à Bordeaux. Ayant déserté leur stade pour quelque heures, des doux « félés » avaient envahi le complexe sportif de l’ovalie. Des circadiens venues de toutes la France, s’étaient donné rendez-vous pour leur exercice fétiche le 24 heures. Non pas le 24 heures auto ou moto avec relais dans les stands, non un 24 heures de course à pied non stop en solo. Si l’on vous dit que l’objectif de ces bipèdes étaient de parcourir le plus de kilomètres possibles en 2 tours d’horloge, sur un circuit « rikiki » de 944 mètres, n’avez-vous pas le tournis.

C’est à 8 heures 15 que la délégation Poitevine d’Ultr’Amical 86 arriva sur les lieux de la bataille. Jamais ils n’avaient vu pareille équipe, aussi nombreuse, pas moins de 8 coureurs de la même association sur une telle course, c’est exceptionnel. Les petits hommes verts comme les appellerons plus tard certains coureurs (référence aux couleurs des maillots), représenteront 10% du peloton. Au-delà du nombre, c’est bien l’ambiance qu’ultr’amical 86 a apportée à Brive qui restera dans les mémoires.

A 10 heures, en ce dimanche de Pentecôte, au coup de canon du départ, la « horde sauvage » s’élança pour une aventure humaine extraordinaire. Nos poitevins pour la plupart débutants dans l’exercice du « hamster » partirent plus ou moins prudemment. C’est autour d’Olivier Gorry l’athlète non voyant d’Ultr’Amical 86 que va s’organiser la course des poitevins. Chacun leur tour, plus ou moins longtemps ils servirent de guide à celui qui repousse toujours plus loin ses limites. Après un 100 km en 2011 avec son guide Thierry Pintureau, ils s’étaient promis de « voir » plus loin. Hélas son guide principal victime d’une blessure quelques semaines avant l’objectif devra s’arrêter assez vite pour un long stop avant une reprise au petit matin.

C’est grâce à Benoit Coutineau, venu en accompagnateur, qu’Olivier pourra engranger les kilomètres. Ils feront ensemble plus de 85 km.

Voilà maintenant un peu plus de 9 heures que la course est lancée et les premiers commencent à franchir la première barre symbolique des 100 km. A chaque franchissement de cette barre les coureurs sont ovationnés, et on droit à un morceau de musique solennelle, qui les remobilisent pour la suite de l’aventure. Les premiers « bobos » arrivent et les passages chez les kinés et les podologues s’intensifient. Les pauses se multiplient, les temps de ravitaillement s’allongent. Nos ultr’amicalistes poursuivent leur périple avec plus ou moins d’entrain. Jean-Michel Pion habitué de l’exercice maintient encore un bon rythme et reste au contact du top 10. D’autre moins aguerri s’affaiblissent au fil des tours et d’autre parti prudemment grappillent quelques places. La nuit recouvre maintenant le circuit et nombreux sont ceux qui optent pour la marche rapide. La ligne droite des stands s’endort petit à petit, l’ambiance retombe pour quelques heures. Tous les coureurs s’accrochent à cette satanée pendule qui pour les uns va trop vite et pour les autres pas assez. L’effort est énorme, certains se trainent sur ce circuit victime de maux d’estomac, de diarrhées, d’ampoules, de courbatures ou contractures, de douleurs articulaires. En ces temps de crise ils nous rappelleraient presque « on achève bien les chevaux »( de Horace McCoy).

Avancer, toujours avancer pour cumuler ces kilomètres. « ça va ? », « et toi ? », « aller courage », « ça va le faire » ;  ce sont des dizaines de petits mots de la sorte que les coureurs s’échangent histoire d’oublier ses propres douleurs, ses propres doutes.  Aucun coureur, pas même les premiers n’échapperons à un passage à vide.

C’est au petit matin, que le speaker annonce les premiers passages des 200 kilomètres. Le favori est en tête, les premières féminines rentreront dans le top 5. Les ultr’amicalistes comptent leur force, ils sont tous en course. Ceux qui s’étaient arrêtés pour récupérer ou soigner leur blessure sont de nouveau sur le circuit. Il reste 1 heure, il faut courir, il le faut. Les petits hommes verts vont le faire presque tous. Et ils sont portés par les spectateurs car ils sont presque les seuls à le faire. Olivier toujours guidé par Benoit, Michel ou Thierry relance la machine sous les vivas de la foule admirative.

Dernier quart d’heure, une grosse partie de l’équipe Ultr’amical 86 s’est regroupée autour d’Olivier, et pénètre dans la salle des stands en haranguant la foule, qui répond aussitôt, mettant définitivement le feu pour un final en apothéose. Les décibels de la sono explosent. Thierry et Guy entame un baroud d’honneur  à une vitesse folle pour établir le record du tour lors de la dernière heure. Fini le tournicoti tournicota à 7/8 km/h, maintenant c’est du 14 km/h à bruler la piste, à faire perdre la raison au speaker qui n’a plus le temps d’annoncer le passage des 2 bolides.

Et puis le coup de pistolet final libère ces corps de tant de contraintes. Les résultats sont mitigés pour les représentants de la Vienne, mais le cœur est gros d’avoir réussi à tenir sur un exercice qui n’est pas forcément le leur. La palme d’or revenant à Jean-Michel Pion avec 190,374 et la victoire en catégorie V2.

Denis Kérignard : 161.561 km – Michel Eugène : 146.276 km – Guy Rontard : 144.937 km – Gérard Guérineau : 140.900 km – Olivier Gorry : 123.620 km – Ludovic Portère : 100.983 km – Thierry Pintureau : 90.185 km

L’anneau n’avait rien de l’ovalie, mais ça ne tournait pas rond pour autant…

Ultr’Amical 86 au Millevaches-Monédières-Raidlight-Trail le samedi 27 avril 2013, c’est trois participants sur la course de 22km (Nath, GG et Stéph) et cinq plus une « 1000 Pattes » sur le 42km (la « 1000 Pattes » : Sylvie, les Ultramicalistes : Michel, Cyrille, Benoit, Jean-Yves et Thierry).

Dur week-end, ma foie !

Tout commence par un beau spectacle de l’humoriste Yohann Métay et dont le titre traduit bien le contenu : « la tragédie du dossard 512 » qu’il a écrit après avoir participé à l’UTMB. Très, très fort, on s’est tous reconnus à un moment ou un autre durant les deux heures d’un show hilarant.

La course longue démarrant à 10h à Treignac, il nous fallait passer récupérer nos dossards à Bugeat avant 9h, … donc RdV devant le stade Rébeillaud à Poitiers à cinq heures du mat’ (nous avons faillit partir à l’heure mais les pannes de réveil se sont succédées le pilote puis le dernier colis…).

Dès le coup d’envoi donné, Benoit part devant, il a de bonnes sensations. Sylvie, Jean-Yves, Michel et moi suivons à un rythme légèrement inférieur. Cyrille ferme la marche des Poitevins juste derrière nous. Au sommet de la première grosse patate (le Puy de la Monédière) Michel et moi partons pour une démonstration de technique et de vitesse dans la descente et nous débarrassons très vite des concurrents qui étaient à nos côté durant la montée. Je vais avoir l’occasion de constater les écarts vu que en bas je vais devoir ralentir grave jusqu’à l’arrivée. Un appui sous le pied gauche me déclenche une violente douleur qui m’arrête net. Michel continuera et finira en solo pour terminer un peu plus de dix minutes après un Benoit des plus vaillants (!!!). Jean-Yves et Sylvie se tiennent compagnie de bout en bout de la course (comme toujours). Cyrille me talonne depuis la mi-parcours sans jamais m’accrocher et finira à quelques minutes.

La « petite » course part de Pradine quinze minutes avant que je n’y arrive, mais il va me falloir plus de la moitié de la distance pour rejoindre Stéph qui avance en mode rando. A 500mètres de l’arrivée, j’aperçois Nath 300mètres devant moi, je passerai la ligne derrière elle (zut alors !!!). Quant à GG, après être démarré quelques minutes après le passage de Benoit, il finira par le rejoindre après quelques kilomètres et le coachera jusqu’à Bugeat.

Coté météo, ce fut meilleur en début de journée avec de très faibles et éparses averses par quelques petits (tout petits) degrés au dessus du zéro. Puis en début d’après-midi, afin certainement que nous gardions un beau souvenir de notre balade, les averses se sont parfois renforcées nettement alors qu’avec le vent les degrés se sont tous barrés, conclusion nous avons été arrosé d’un mélange pluie-grésil-neige !!! Nous étions le 27 avril 2013 à 600 ou 700mètres d’altitude !!! Après la soirée festive d’après course (super repas et ambiance conviviale !!!), j’ai bien faillit me gaufrer sur la terrasse de notre chalet (comme si j’avais besoin de ça !) non pas à cause des nombreuses boissons hydratantes (… y compris la liqueur de houx) que nous avons consommé mais à cause du verglas !

La douleur dans le pied étant bien plus vive dimanche matin, les copains m’ont lâché au CHU de Poitiers plutôt que de me ramener à la maison. Une radio plus tard, rien de cassé, sans doute un tendon déplacé… à vérifier après dégonflement du panard ! le reste de la saison n’est pas compromis.

 

Résultats des Poitevins à Bugeat sur le 22 (18km, une petite centaine de partants) :

Gérard Baconnet (GG) : 37ème/84, 6ème V2M en 2h05’53’’

Nathalie Bobiet : 82ème/84, 6ème V1F en 3h15’05’’

Stéphane Bourot : 84ème/84, 27ème V1M en 3h34’25’’

 

Sur le 42 (43km, 46 partants) :

Benoit Coutineau : 14ème/39, 8ème SEM en 5h04’53’’

Michel Eugène : 16ème/39, 2ème V2M en 5h17’03’’

Jean-Yves Louarn : 25ème/39, 5ème V2M en 5h50’10’’

Sylvie Prieur : 26ème/39, 1ère V1F en 5h50’10’’

Thierry Pintureau : 29ème/39, 6ème V2M en 6h15’24’’

Cyrille Gallion : 31ème/39, 10ème V1M en 6h22’13’’

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

FootMag |
CLM Football |
info catch mon avis mes idées |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aspbejaia
| Asnières Handball Club
| business of gfe